Accueil

Visite de Edouard Philippe au Maroc
Renforcement de l’Axe Paris-Rabat.

Par Jawad KERDOUDI,
Président de l’IMRI (Institut Marocain des Relations Internationales)

Après la visite du Président Macron au Maroc en Juin 2017, c’est au tour du Premier ministre français Edouard Philippe d’effectuer un déplacement officiel dans notre pays les 15 et 16 Novembre 2017. Le but de ce voyage était de co-présider avec le Chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani la Rencontre de haut niveau et le Forum économique Maroc-France.

Dès son arrivée, Edouard Philippe a déclaré que le partenariat d’exception entre la France et le Maroc est une constante de la politique étrangère française et dépasse largement les clivages partisans. Au fil du temps, ce sont des relations d’Etat à Etat qui se sont tissées entre les deux pays par la proximité, les intérêts mutuels, et la communauté des valeurs. La France se veut le partenaire de référence du Maroc qu’elle considère comme un pays émergent en Méditerranée et en Afrique. Quelques chiffres le démontrent aisément : 1,5 Million de marocains vivent en France et 80.000 français au Maroc. Les entreprises françaises disposent au Maroc de 900 filiales qui emploient 100.000 personnes. La France est le premier partenaire économique du Maroc au niveau des investissements directs étrangers et au niveau de tourisme, puisque 2 millions de français visitent chaque année le Maroc. La France est le second client et le second fournisseur du Maroc après l’Espagne. Le nombre d’étudiants marocains en France est de 37.200 et constitue la plus grande communauté d’étudiants étrangers.
Sur le plan politique, la France ne ménage pas son soutien au Maroc. Concernant la cause nationale du Sahara, le Premier ministre français a déclaré que le Plan d’autonomie proposé par le Maroc est une base sérieuse et crédible pour une solution négociée. Tout récemment, le Ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lors de sa visite à Rabat le 9 Octobre dernier, a signifié publiquement que la France ne souhait pas voir la participation de la RASD au Sommet UE/UA qui doit se tenir à Abidjan les 29 et 30 Novembre prochain. Le Premier ministre français a cependant déclaré que le Maroc et l’Algérie sont des partenaires essentiels pour la France, qui a tout intérêt ainsi que le Maghreb à ce que ces deux grands acteurs entretiennent de bonnes relations entre ceux. Edouard Philippe a également salué le retour du Maroc à l’Union africaine et son adhésion à la CEDEAO. Il a en outre mentionné le statut avancé accordé en 2008 par l’Union européenne au Maroc, considéré comme un trait d’union entre l’Europe et l’Afrique. Il s’est déclaré favorable à une projection commune de la France et du Maroc en Afrique en vue de consolider les relations entre l’Union africaine et l’Union européenne.
Le Premier Ministre français a co-présidé avec le Chef de gouvernement marocain le Forum économique Maroc-France qui s’est tenu le 16 Novembre 2017 à Skhirat en présence de la CGEM du MEDEF et de 400 chefs d’entreprises marocaines et françaises. Le thème choisi pour ce Forum était « Bâtir des ponts pour la croissance et l’emploi ». Le Forum s’est félicité des acquis, mais a souhaité l’extension des relations économiques aux PME et PTE par l’accompagnement notamment des grands Groupes. Il a insisté sur la promotion de nouveaux secteurs tels que le numérique, la transformation digitale, les objets connectés, l’économie circulaire, sans oublier les énergies renouvelables. Le Premier Ministre français du fait de ses anciennes fonctions de Maire du Port du Havre a insisté sur le secteur maritime et portuaire ainsi que l’industrie navale. Il a lancé un appel aux entreprises marocaines pour investir en France où les investissements marocains sont encore faibles. Le Forum a marqué son accord pour des investissements franco-marocains en Afrique subsaharienne. Enfin l’Agence française de développement a signé plusieurs accords lors de la visite d’Edouard Philippe portant sur des prêts et des subventions pour un montant de 340 millions d’euros pour le financement de plusieurs projets : eau potable, énergie, solaire, tramway, numérique, et enseignement supérieur.
La jeunesse a été également retenue comme un axe stratégique pour la Rencontre de haut niveau, afin de lui assurer une bonne formation et l’accès à l’emploi. A cet égard, le Premier Ministre français a déclaré que la France soutiendra le Maroc dans sa réforme du système éducatif à la fois sur le plan de l’expertise et du financement. Les objectifs de ce partenariat visent à une plus grande scolarisation des filles en milieu rural, le développement de l’enseignement technique et professionnel, l’amélioration de la formation des professeurs et enseignants chercheurs, la diffusion d’une éducation bilingue arabe-français dans les lycées et collèges, le développement du partenariat universitaire, l’installation de campus français au Maroc, enfin la création d’une plateforme d’enseignement à distance. La culture a été également à l’ordre du jour, et la France est prête à aider le développement des grands projets marocains de théâtres et de musées, la coproduction cinématographique, la collaboration entre les médias publics. Edward Philippe a aussi souhaité la multiplication des tournées des grands spectacles français au Maroc, les rencontres littéraires et intellectuelles, les expositions. Il a enfin promis son aide pour le développement et le rayonnement du Centre culturel marocain à Paris.
En conclusion, on ne peut que se réjouir de l’approfondissement de l’axe Paris-Rabat, et espérer que tous les projets décidés lors de cette visite seront concrétisés le plus rapidement possible. Dans un monde globalisé, le partenariat franco-marocain ne peut être qu’utile pour faire face à la concurrence féroce qui s’installe de plus en plus sur le marché mondial.

CHRONIQUES HEBDOMADAIRES DE l'IMRI