Accueil

Quand et comment sortir du confinement qui dure depuis le 20 Mars dernier ?

Dr Oualalou Abdelhafid
Vice-Président de l’IMRI (Institut Marocain des Relations Internationales)

La grande question qui préoccupe toute la population au Maroc comme dans le monde est de savoir quand et comment sortir du confinement qui dure avec ses impacts économiques, sociaux et psychologique surtout sur les enfants confinés.

Si ce confinement est le même pour tout le monde, les stratégies de déconfinement différent d\'un pays à l\'autre en fonction de l\'évolution épidémiologique et de ses taux et indicateurs de morbidité et particulièrement (TR) le taux de reproduction qui évalue la capacité de transmission du virus entre les personnes. Selon notre ministère de la Santé, pour prendre une telle décision réfléchie de portée politique, économique et médicale, il faut atteindre un TR moins de 1% et ceci pendant deux semaines au moins. En plus, il faut que le nombre des nouveaux cas positifs baisse régulièrement, et que le taux de positivité biologique baisse aussi par un large dépistage de la population. En outre, certains épidémiologistes exigent la baisse continue du nombre des décès pour décider la sortie du confinement qui ne peut être que progressive, et par étapes, suivant une stratégie nationale prenant en compte les avis des épidémiologistes et économistes, et entérinée par les politiques.

Pour réussir cette stratégie, la communication et l’éducation de la population est déterminante pour avoir leur adhésion totale et leur respect des mesures préventives sans relâchement. Nous devons faire de la prévention, de l'hygiène et de l'éducation sanitaire la grande priorité nationale En attendant les recherches scientifiques en cours dans le monde pour la production du vaccin anti Covid 19 et des médicaments spécifiques, ce qui exige plusieurs mois sinon des années, nous sommes condamnés à vivre avec ce virus que nous connaissons moins. Pendant ce temps-là nous devons rester vigilants et disciplinés pour dépasser cette crise sanitaire qui dure depuis des mois avec tous les impacts négatifs sur notre façon de vivre et sur nos comportements quotidiens. Dans tous les pays, les épidémiologistes appellent à la vigilance et pour aller pas à pas, et de ne pas brûler les étapes dans toute stratégie nationale pour éviter une nouvelle vague de transmission virale qui risque de nous faire perdre nos acquis antérieurs.

D'ailleurs, quelques que soient les stratégies nationales de déconfinement, nous devons continuer le lavage des mains avec du savon ou de l'alcool, la distanciation, le port des masques de protection, et le respect de ces mesures en milieu industriel, commercial, carcéral et autres. La désinfection des entreprises, des centres commerciaux doit être la règle, avec un respect total des mesures de sécurité et de santé dans les locaux de travail, en conformité avec le code du Travail qui définit les conditions de la médecine du travail, ainsi que celles de la sécurité et de la santé dans les locaux du travail. Toute sortie du confinement a pour objectif d'abord la protection de la santé de toute la population, et aussi la reprise de l'économie pour protéger les entreprises et les emplois.

Si on analyse certains plans et stratégies en Europe, comme en Espagne, en Allemagne, en France ou ailleurs, nous retenons certaines constantes et caractéristiques telles que : progressivité, discipline, vigilance et adhésion collective et consciente de la population afin de dépasser cette crise sanitaire et de retrouver une vie normale. Sans être des décideurs suivistes de quiconque dans le monde pour telle stratégie ou autres, une décision ne peut être que nationale et souveraine, avec une approche globale et le résultat d'une large concertation avec tous les secteurs et intervenants, pour planifier notre sortie de ce confinement que nous espérons avant la fin du Ramadan, à condition que nos taux et indicateurs épidémiologiques connaissent une amélioration continue pour prendre la bonne décision politique. Les épidémiologistes se basent sur le taux de Reproduction le R0 qui exprime la capacité de contamination d'une personne à une autre pour décider du début du dé confinement, actuellement au Maroc ce taux est de 1,06%.

On note que ce taux diffère d'une région â une autre, c'est le cas des Provinces du sud qui n'ont plus de cas positifs comme certaines villes au Maroc. C'est vrai que d'autres taux sont encourageants comme celui de guérison et de mortalité de 3% comme un taux admis dans le monde. Mais malheureusement, avec certains foyers familiaux et industriels à cause du non respect des mesures de prévention, telles que le port obligatoire des masques de protection et la distanciation. Actuellement ces Clusters nous posent problème pour décider la période du déconfinement progressif tout en évaluant les tendances de la situation épidémiologique.

On pourrait penser à un déconfinement régional sur la base de ce R0 régional, mais à condition de maîtriser la mobilité des personnes d'une région à une autre, une mesure très difficile à appliquer devant un éventuel relâchement et de l’indiscipline de certains. En analysant les différentes stratégies nationales de certains pays et leurs scénarios de sortie même progressive, il est admis que leur application est tributaire de la bonne communication et de la sensibilisation des populations pour qu'elles adhérent effectivement â ces stratégies. Pour dire aussi que tout relâchement dans le respect strict de ces mesures obligatoires pourrait retarder la fin du confinement avec tous les impacts économiques et sociaux. Actuellement, nous sommes en plein confinement depuis le 20 Mars dernier, qui a été une mesure efficace en absence d'un vaccin spécifique, ce qui nous a permis de réduire le nombre des personnes contaminées et des décès. Ces résultats ont fait du Maroc un exemple à suivre, un modèle de gouvernance réussi qui explique la bonne maîtrise de la situation sanitaire, des témoignages de plusieurs observateurs et médias étrangers ont exprimé leur fierté envers le Maroc .

Je ne peux conclure cette contribution sans rendre hommage à toutes les catégories du personnel médical et paramédical des hôpitaux qui ont manifesté leur mobilisation, leur attachement au devoir national, et leur dévouement dans la lutte contre cette pandémie. Aussi, la mobilisation des pharmaciens d'officine et les cadres du ministère de la Santé, qui ont assuré l’approvisionnement continue des hôpitaux et de la population en médicaments et sans rupture de stock. A nous de consolider ces acquis en restant vigilants et prudents en cette période critique.

CHRONIQUES HEBDOMADAIRES DE l'IMRI

page numéro [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81