Accueil

LE DEFI CHINOIS

Par Jawad KERDOUDI
Président de l’IMRI (Institut Marocain des Relations Internationales)

Jean-Jacques Servan Shreiber avait écrit en 1967 un livre prémonitoire intitulé « Le défi américain » où il décrivait la domination américaine, la sclérose de l’Etat français, la faiblesse de l’Europe, l’irrémédiable globalisation, et l’essor révolutionnaire de l’ère digitale. Il ajoutait « Ni les légions, ni les matières premières, ni les capitaux ne sont plus les marques, ni les instruments de la puissance, ils résident dans l’aptitude des hommes à réfléchir et à créer ».

Les faits lui ont donné pleinement raison puisque après la disparition du rideau de fer en 1989 et la dissolution de l’URSS en 1991, les Etats-Unis sont devenus la seule superpuissance du monde dans les domaines économique, militaire et culturel. En 2019, l’économie américaine est la plus importante du monde avec un PIB nominal de 20.494 milliards de dollars et un PIB par habitant de 55.805 $. Les Etats-Unis sont le leader mondial dans la recherche scientifique et l’innovation technologique. Les secteurs qui reflètent la puissance américaine sont l’agriculture, les industries de pointe et les services. Le pays compte 37% de la dépense militaire mondiale et est une proéminente force politique et culturelle sur le plan international. Cependant comme les autres pays du monde, l’économie américaine a beaucoup souffert de la pandémie du Covid 19 avec une récession du PIB de 8% en 2020 et une croissance de 4,8% en 2021.
Cependant depuis quelque temps les perspectives de la Chine comme superpuissance potentielle font fréquemment débat. Les atouts de la Chine sont nombreux : elle dispose de la population la plus importante du monde (1,3 milliard d’habitants) son économie connaît jusqu’en 2019 l’une des plus fortes croissance du monde, et sa superficie est le troisième de la planète. Elle s’est dotée de l’arme nucléaire et d’une armée la plus nombreuse du monde. La Chine est actuellement la deuxième puissance économique mondiale au niveau du PIB nominal, mais la première au niveau du PIB PPA (Parité de pouvoir d’achat) s’élevant à 28.000 milliards de $ contre 21.000 pour les Etats-Unis. Son commerce extérieur est largement bénéficiaire avec des exportations annuelles de 2.500 milliards de $ et des importations de 2.100 milliards de $. La Chine a lancé en 2013 le gigantesque projet des « Nouvelles routes de la soie » qui désigne un ensemble de voies ferroviaires, routières et maritimes à travers le continent eurasiatique et vers l’Afrique. Le coût de l’ensemble du projet est de 1.000 milliards de dollars et le nombre de partenaires est déjà d’une soixantaine de pays.
La Chine est également une puissance spatiale. En 2003, elle est l’un des trois seuls pays avec les Etats-Unis et la Russie à avoir envoyé un homme dans l’espace par ses propres moyens, et en 2008 un Chinois a réalisé une sortie extravéhiculaire. Un programme d’exploration lunaire est en cours qui prévoit la création d’une base lunaire vers 2030.
Trois orientations stratégiques expliquent cette croissance de la Chine ultra rapide et continue. Tout d’abord la décision de convertir la Chine à l’économie du marché prise à la fin des années 1970 par Deng Xiaoping. La deuxième est d’adhésion de la Chine à l’OMC le 1er Janvier 2002 après 20 ans de réformes économiques et 15 ans de négociations difficiles. La troisième est la priorité accordée à la Recherche/développement (R/D) depuis les années 2000. En 2020 le budget alloué à la R/D est de 2,5% du PIB. L’effort d’investissement de la R/D provient autant des entreprises, des institutions gouvernementales, que des universités. La recherche fondamentale représente 5,3% des dépenses totales. La Chine compte 5,35 millions de personnes travaillant dans le R/D. Selon le rapport biennal de la National Science Fondation américaine (NSF) les chercheurs chinois ont publié davantage d’articles dans les revues internationales que les américains en 2016. La Chine est également le pays qui dépose le plus de brevets dans le monde. La Chine qui est à l’origine de la pandémie du Covid 19 a pu la maîtriser, et est le seul pays du monde à avoir une croissance positive de 1% en 2020 et 8,2% en 2021.
En conclusion, on ne peut que constater la montée spectaculaire de la Chine en tant que puissance mondiale. D’après la Banque mondiale, la Chine pourrait devenir la première puissance économique de la planète d’ici 2030. Cependant, la Chine présente un certain nombre de faiblesses qui pourraient handicaper sa montée en puissance. Tout d’abord l’inégalité entre régions côtières bien développées et l’arrière-pays rural. Il existe également des inégalités sociales à l’intérieur des villes, et le PIB par habitant reste faible par rapport aux pays développés occidentaux. Le pays souffre d’une corruption notoire, de la dépendance de l’étranger pour ses approvisionnements en matières premières, et de problèmes d’environnement qui ne sont pas aujourd’hui totalement maîtrisés. Enfin et surtout après le déclenchement de la pandémie du Covid 19, d’une certaine défiance des Etats-Unis sous la présidence de Donald Trump et même de l’Europe.

CHRONIQUES HEBDOMADAIRES DE l'IMRI

page numéro [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84